écologie, simplicité, fait-maison
 
Port. 3 col.FAQPublicationsAccueilS'enregistrerLe Grimoire LPMConnexion




Et la série de savons continue !
A voir et à revoir, c'est par ici !
Et la 7ème Gazette..

... est à lire par là !



Décroissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 23961

MessageSujet: Décroissance Ven 13 Fév 2009 - 19:27

Suite au sujet sur l'émission "Envoyé Spécial sur les décroissants" http://www.lespetitesmagies.com/medias-articles-emissions-videos-f53/envoye-special-sur-les-decroissants-t10284.htm
Il existe ce site, qui est très intéressant !
decroissance.org IEESDS : Institut d'Études Economiques et Sociales pour la Décroissance Soutenable
IEEDS a écrit:
(...)sa vocation est de créer un centre d'études, de ressources e de diffusion de toutes informations et publications dans le domaine de la décroissance économique, thérorique et appliquée, dans le but de promouvoir des politiques publiquezs soutenables dans les pays dépassant leurs prélèvements écologiques, prenant en compte la finitude de notre planète, réintégrant le paramètre écologique dans la science économique (..) et affirmant notre premier impératif moral : donner à chaque être humain présent et à venir, sa part nécessaire à l'expression de sa pleine humainté, sans détruire les autres systèmes vivants et sans prélever plus de ressources que celles disponibles pour chaque génération (...)
celui-ci : decroissance.info
decroissance.info a écrit:
Bienvenue ! Ce site est dédié au terme « décroissance ». Son but est de proposer une plateforme collaborative pour exposer les diverses perspectives parfois contradictoires dont se réclament les non moins divers objecteurs de croissance. Si vous ne situez pas encore ces notions, nous vous conseillons de commencer la visite par notre foire aux questions. N’hésitez pas à participer aux forums, vous pouvez également proposer un article...


Quand on parle de décroissance je pense toujours à Serge Latouche : Entretien avec Sege Latouche Il a écrit le fameux livre : "Le pari de la décroissance ", l’imposture du développement durable Fayard 2006- 302 pages.

Et quand on entend chaque jour parler de pouvoir d'achat, de productivité, de concurrence et de consommation....
http://www.amisdelaterre.org/Le-pari-de-la-decroissance-de.html a écrit:
Le mot d’ordre de décroissance a ainsi surtout pour objet de marquer fortement l’abandon de l’objectif de la croissance pour la croissance, objectif dont les conséquences sont désastreuses pour l’environnement. En toute rigueur, il conviendrait de parler d’« a-croissance », comme on parle d’a-théisme, plus que de dé-croissance. C’est d’ailleurs très précisément de l’abandon d’une foi ou d’une religion qu’il s’agit : celle de l’économie, de la croissance, du progrès et du développement."

_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
Patte
ancien-ne
ancien-ne
avatar

Date d'inscription : 09/12/2006
Age : 46
Féminin
Localisation : Yvelines
Nombre de messages : 6732

MessageSujet: Re: Décroissance Ven 13 Fév 2009 - 19:55

très bonne mise au point sur ce terme un peu fourre-tout actuellement qu'est la décroissance

Une actualité portée par les médias, trop liée à la crise
Donc, j'espère que cette actualité de la décroissance ne sera pas que conjoncturelle..
Reste que si la crise éco et financière peut aider à faire prendre conscience...Un mal pour un bien
_________________
Bienvenue à tous. Merci de nous rejoindre Notre Forum est ds la fleur de l'âge. Son contenu est donc dense. Adoptez ces 2 réflexes pr améliorer la vie de tous: Récap+moteur recherche.
Je pense fort à toi Aile.
Revenir en haut Aller en bas
cakofonie
neutre
neutre
avatar

Date d'inscription : 11/02/2007
Age : 34
Féminin
Localisation : lyon
Nombre de messages : 305

MessageSujet: Re: Décroissance Mar 28 Avr 2009 - 22:08

Cela dit, Paul Ariès (un grand monsieur de la décroissance!) répète toujours que la décroissance ne doit pas être subie. C'est en y allant de bon coeur qu'elle sera appliquée correctement...
Cela a l'air un peu utopiste, mais je suis assez d'accord...

Et puis, il faut arrêter de considérer que les décroissants et autres objecteurs de croissance sont des pauvres types qui ne font ca que par manque d'autre alternative!!! Il s'agit bien d'une philosophie de vie, et chasue adepte de ce concept a une idée différente sur la question, et c'est bien ainsi!!
_________________
Les Tambouilles de cakofonie
Revenir en haut Aller en bas
ecotone
neutre
neutre


Date d'inscription : 10/03/2010
Age : 102
Féminin
Localisation : Provence
Nombre de messages : 4

MessageSujet: Re: Décroissance Lun 15 Mar 2010 - 22:04

Je me permets de vous donner cette petite info :

Le nouveau film de Coline Serreau, après La Belle Verte et St. Jacques la Mècque, re-voici Coline Serreau avec son nouveau film qui sort en France le 7 avril...


Sortie nationale au cinéma le 7 avril 2010

"Solutions locales pour un désordre global"

Et pour une bande d'annonce/extrait du film... elle a disparu de youtube, mais il reste un petit entretien avec Coline Serreau :

http://www.youtube.com/watch?v=Etp2_-eqVKU
Revenir en haut Aller en bas
Melhia
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 34
Féminin
Localisation : Région Parisienne
Nombre de messages : 5898

MessageSujet: Re: Décroissance Lun 10 Mai 2010 - 16:54

Allez, vais rajouter une petite pierre au moulin ....

VIVE LA DÉCROISSANCE !!!!!!!!!!!!!!!!!

et à BAT les entreprises qui cherche à faire déculpabiliser le consommateur qui achète des produits sous le couvert de la "compensation carbone" avec des arbres replantés !!!!!

Vous voulez faire un geste éco?
N'achetez PAS ces articles soit-disants écolo,
achetez surtout MOINS
voir privilégiez les achats d'articles d'OCCASION que diable !!!

voui, ça peut rentrer aussi dans les coups de gueule, c'est sûr.
mais après avoir vu l'émission dimanche soir sur France 5 "Acheter Vert, l'envers du décor"
et voir que pleins d'entreprises surfent sur la vague et se multiplient pour inciter le consommateur à acheter soit-disant intelligemment et surtout LEUR produit "écolo à 2 balles" me gonfle !!
d'autant plus que c'est du foutage de geule (carrément, oui) car compensation carbone, c'est pas vrai
(pas assez d'arbres plantés, et donc QUE quelques articles seront compensées carbone... dans 60 ans !!! )

Car en plus, ces entreprises replantent souvent dans des pays sous-développés (car chez nous, pas assez de terres libres)
privatisant des terres à des gens qui la travaillent et la respectent depuis toujours!

Donc non seulement pour cautionner la DE-RESPONSABILISATION du consommateur, on rend pauvres des gens à l'autre bout de la planète
ET par cet acte de plantation et de privatisation, parfois, des actes monstrueux sont faits à ces gens qui sont là-bas depuis très longtemps !!!

donc, la solution, arrêtons de jouer avec les mots, ne nous faisons plus passer pour des citoyens manipulables à souhait,
arrêtons ces achats inutiles, passons à l'essentiel, et MERDE aux entreprises publicitaires qui se foutent royalement de nous !!!


voilà, c'est dit, et surtout PENSÉE !!

Me gonfle d'entendre et de voir ce genre de choses... GrRrRrr
_________________
ICI figure un blog d'infos sur tout pleins de choses qu'on ne nous dit pas forcément
(Sur les produits laitiers : aident-ils vraiment à consolider nos os ? Sur certains additifs alimentaires qui foutent en vrac notre sensation de satiété, sur les différents labels alimentaires et leur réel gage de qualité, en passant par les soit-disant bienfaits du tofu ou encore des compléments alimentaires...)...
donc si ça vous intéresse, n'hésitez pas à aller faire une p'tite visite sur mes pages !
----------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
la licorne
ancien-ne
ancien-ne
avatar

Date d'inscription : 24/02/2007
Age : 52
Féminin
Localisation : Liège (B)
Nombre de messages : 5784

MessageSujet: Re: Décroissance Lun 10 Mai 2010 - 18:13

Bien vu Melhia
Et merci pour cette info / coup de gueule.

Acheter moins / recycler / faire vivre le seconde main... j'adhère et je pratique le plus possible. Et j'y prends goût.
Revenir en haut Aller en bas
Chouette
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 12
Féminin
Localisation : belgique - Braine l'Alleud
Nombre de messages : 8222

MessageSujet: Re: Décroissance Lun 10 Mai 2010 - 22:25

j'adhère tout à fait
Revenir en haut Aller en bas
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 23961

MessageSujet: Re: Décroissance Jeu 2 Aoû 2012 - 9:45

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/07/31/un-modele-de-decroissance/ a écrit:
L’humanité est confrontée à un problème bien plus grave qu’une crise monétaire mondiale : celui d’une croissance infinie dans un monde aux ressources finies. Explosion de la démographie, problèmes d’espace, de famine, de migrations de masse liées aux changements environnementaux…



L’humanité ne peut plus suivre le même modèle de consommation à outrance. Allez dire ça aux pays émergents qui découvrent les joies du confort et de la consommation… Tout le monde veut sa part du gâteau et c’est légitime. La décroissance, il vaut mieux se préparer à la choisir que la subir.

Il y a urgence à ralentir !

Récemment, deux nouvelles ont retenu notre attention : celle d’une étude très sérieuse sur la fin de notre planète avant fin 2100 et le cours du maïs qui explose comme du pop-corn, à cause d’une sécheresse inédite aux Etats-Unis… et de leur manipulation. Triste horizon ! Et pourtant, la croissance va s’arrêter, c’est inéluctable.

L’avis de Charles Sannat, Directeur des études économiques d’AuCOFFRE.com :

« Dans un monde fini, il n’y a pas de croissance infinie possible, car le capital ne circule plus. La Chine est elle-même confrontée à ce problème avec une croissance en net ralentissement (inférieure à 8% au lieu d’une croissance à deux chiffres affichée depuis 2009).

La réalité est que l’on se retrouve dans une fin de cycle, après la révolution industrielle de la fin du XIXe siècle, l’humanité se trouve dans une bulle démographique. Dans un monde fini, 8 milliards d’êtres humains ne peuvent pas vivre avec les standards occidentaux, ce qui va entraîner un changement brutal des paradigmes.

Cela annonce des millions de personnes « rationnées ». Les Etats-Unis, qui sont les plus dépensiers et habitués à vivre au-dessus de leurs moyens, vont avoir beaucoup de mal à faire machine arrière. Nous allons rentrer dans un capitalisme de la durabilité et de la rareté.

Le problème de la pyramide des âges et du nombre de séniors est un problème mondial qui concerne également la plupart des pays émergents, à commencer par la Chine ». La mise en parallèle de l’épuisement des ressources naturelles confine à des fondamentaux économiques désastreux.

La seule et même réponse trouvée jusqu’alors consiste à augmenter la masse monétaire des pays, ce qui conduit inéluctablement à la dévaluation des monnaies et à l’hyperinflation.

Une solution qui relève de la politique de l’autruche et de la méthode Coué conjuguées.

Avec ces seules données démographiques, il paraît évident que la création de croissance est impossible. Dennis Meadows, auteur du livre « Les Limites à la croissance » (Editions Rue de l’Echiquier, coll. « Inital(e)s DD), explique très bien dans cette interview accordée au journal Le Monde pourquoi la croissance mondiale va s’arrêter. Les signes d’effondrements sont de plus en plus nombreux.

Ces pays qui coûtent cher…

Pour les Américains, qui ont largement goûté à leur part de gâteau, effectuer une marche arrière ne semble pas possible, du moins pas sans coercition. Les Etats-Unis sont quand même le pays le plus dépensier au monde et leur frénésie de croissance et de développement nécessite beaucoup de liquidités. Des liquidités en dollars fortement dévaluées et dont la surproduction à loisir enraye le système monétaire mondial actuellement.

Pour citer un autre exemple de surconsommation du pays, le bilan de l’obésité aux Etats-Unis publié en février 2012. Outre des résultats alarmants, ils sont symboliques : « Le surpoids et l’obésité font parties des principaux enjeux de santé publique aux Etats-Unis. En 1997, on dénombrait déjà 19,4% de la population en surpoids ou obèse. En 2010, ce sont 36,7% des adultes et 17% des enfants de 2 à 19 ans qui sont en situation de surpoids ou obèses. C’est près d’un tiers de la population adulte qui est obèse aujourd’hui. »

Il n’y a pas que les espaces qui sont géants aux Etats-Unis, les portions de nourriture aussi. Mais vous, seriez-vous prêt à troquer votre habituel steak haché de 150 grammes contre une demie portion enfant ?

Les Etats-Unis sont un problème, on peut le voir comme ça. Rappelons que le gouvernement Bush avait refusé de ratifier le protocole de Kyoto visant à réduire l’émission de gaz à effets de serre en 2005… Mais ce ne sont pas les seuls. Pour des pays comme l’Inde et la Chine, dont la croissance (même si elle tend à décélérer) reste élevée, la réduction des gaz à effets de serre -synonyme de coûts élevés et de ralentissement de la productivité- n’est pas une priorité.

La décroissance, un modèle économique plus durable…

Face aux problèmes conjugués du vieillissement de la population, de la raréfaction des ressources et de l’effondrement monétaire qui va s’ensuivre, on ne peut agir dans un premier temps qu’au niveau individuel et particulier. Ne comptez pas sur le temps de réaction des gouvernements ! Il sera trop tard pour prendre des mesures quand l’économie mondiale se sera effondrée.

Auteur : Datapresse

Source : www.espacedatapresse.com

Article relayé par : kannie pour Sauve-la-Terre

_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 23961

MessageSujet: Re: Décroissance Sam 29 Sep 2012 - 14:04


_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
violette
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 10/02/2009
Age : 49
Féminin
Localisation : où il fait trop froid l'hiver et trop chaud l'été
Nombre de messages : 11105

MessageSujet: Re: Décroissance Sam 29 Sep 2012 - 14:10

ah voui ça change tout !!!
_________________

bonne journée  violette
 
Les gens les plus heureux n'ont pas tout ce qu'il y a de mieux ...ils font juste de leur mieux avec tout ce qu'ils ont .

Heureux les esprits fêlés ...car ils laissent passer la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
pasmonnom
neutre
neutre


Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 61
Féminin
Localisation : Var, près du circuit Paul Ricard
Nombre de messages : 1050

MessageSujet: Re: Décroissance Sam 29 Sep 2012 - 14:22

c'est le même problème pour tout
chacun veut bien si ça ne dérange pas son petit monde...
Revenir en haut Aller en bas
flor
neutre
neutre
avatar

Date d'inscription : 02/03/2007
Age : 40
Féminin
Localisation : Drôme
Nombre de messages : 1990

MessageSujet: Re: Décroissance Sam 29 Sep 2012 - 14:43

Ca m'a fait sourire cette petite BD mais c'est tellement vrai...
Revenir en haut Aller en bas
Bootnie
rebouteux-euse
rebouteux-euse
avatar

Date d'inscription : 21/08/2010
Age : 49
Féminin
Localisation : ou l'amour et la joie sont de la partie
Nombre de messages : 3053

MessageSujet: Re: Décroissance Sam 29 Sep 2012 - 17:53

en fait , c'est énervant
_________________
"LA VIE EST UN MAGNIFIQUE CADEAU , RESPECTONS-LA EN COMMENÇANT PAR NOUS RESPECTER CORPS ET ÂME...ELLE NOUS LE REND AU CENTUPLE"
violette violette    


Revenir en haut Aller en bas
Colibri
cosméticien-ne
cosméticien-ne
avatar

Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 34
Féminin
Localisation : Haute-Savoie
Nombre de messages : 637

MessageSujet: Re: Décroissance Sam 29 Sep 2012 - 18:28

C'est clair.. tout le monde est plein de bonne volonté tant qu'on touche pas à ses ptites habitudes confortables! Grrrrr...

Cela dit, perso je suis sûre qu'il y a encore plein de choses auxquelles que je pourrais faire des efforts...... Abella
_________________
Tambouille, bidouille, farfouille, tripatouille

Frisettes MamanAndCo
...et maman d'une petite étoile filante partie trop vite en 2011...

La Part du Colibri
Revenir en haut Aller en bas
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 23961

MessageSujet: Un projet décroissant : « Faire payer le prix réel de ce qu’on consomme » Dim 10 Fév 2013 - 10:44

http://www.rue89.com/2013/02/09/un-projet-provocateur-faire-payer-le-prix-reel-de-ce-quon-consomme-239427 a écrit:
Grand entretien 09/02/2013 à 12h14
Un projet décroissant : « Faire payer le prix réel de ce qu’on consomme »
Sophie Caillat | Journaliste Rue89

Une facture environnementale pour les résidences secondaires ou les 4X4 : Vincent Liegey, de la mouvance décroissante, a des idées qui ne plairont pas à tous.

Vincent Liegey est l’un des co-auteurs du livre « Un projet de décroissance – Manifeste pour une dotation Inconditionnelle d’Autonomie », préfacé par Paul Ariès (Editions Utopia). Il est l’un des visages de ce qui s’appelle un « parti » pour la décroissance (PPLD) mais s’apparente plutôt à une mouvance informelle, dont le combat contre Notre-Dame-des-Landes est l’une des formes concrètes.

Vincent Liegey (Jacob Khrist)

Nous l’avons rencontré dans un café parisien, à deux pas de chez Denis Vicherat, éditeur altermondialiste et écologiste, qui lance une collection de livres déclinant le projet de décroissance. Un « slogan provocateur », un mot « repoussoir » assumé.

Vincent Liegey vit à Budapest avec une députée hongroise de « Une autre politique est possible » (« dont le parti vient d’exploser, ce qui prouve qu’une autre politique n’est peut-être pas possible », sourit-il). Il y poursuit un doctorat sur la décroissance et observe les convergences entre les décroissants et les autres mouvances de la gauche : Attac, les Colibris, les alternatifs, Europe Ecologie – Les Verts, et bien sûr le Parti de gauche.

Rue89 : Vos racines intellectuelles se trouvent-elles chez Dennis Meadows, auteur en 1972 du rapport sur « Les Limites de la croissance », à la demande du Club de Rome ?

Vincent Liegey : Oui et non, il y a deux sources intellectuelles pour les décroissants :

l’approche physique, qui est celle du Club de Rome mais que nous trouvons trop technocratique. L’un de ses éminents représentants est l’économiste Nicholas Georgescu-Roegen, qui a écrit l’article fondateur « La loi de l’entropie et les processus économiques », expliquant que sur une planète finie on ne peut croître à l’infini ;
l’autre approche est une critique de la société de consommation autour d’Ivan Illich et de son livre « La convivialité » (1973). Il y a aussi Jacques Ellul, François Partant, André Gorz et Cornelius Castoriadis, auteur du concept d’autonomie.

Tous ces penseurs ont connu une traversée du désert dans les années 1980 avec la victoire du néolibéralisme et la sacralisation de l’argent. Puis, dans les années 2000, on s’est rendu compte qu’ils étaient plus que jamais d’actualité, comme l’a rappelé la republication l’an dernier du livre de Dennis Meadows.

En 2002, Serge Latouche, professeur émérite en sciences humaines, a animé un colloque à l’Unesco qui s’appelait « Défaire le développement, refaire le monde », où il a fait la synthèse entre différentes approches et construit une matrice de réflexion critique par rapport à la société occidentale.

Comment le mouvement s’est-il ensuite installé ?

Au début années 2000, un collectif de casseurs de pub à Lyon a créé le Journal de la décroissance, puis il y a eu des marches en 2004 autour de François Schneider, un universitaire qui a créé un lieu alternatif près de Cerbère, et en 2005 les premiers Etats généraux de la décroissance.

S’est alors posée la question de la participation ou pas aux élections. Le livre de John Holloway, « Comment changer la société sans prendre le pouvoir », nous a beaucoup inspirés, comme le mouvement zapatiste d’ailleurs.

La crise de 2008 a rouvert le débat, de quelle manière ?

Les idées de la décroissance se sont répandues dans d’autres mouvements politiques, par exemple quand le Parti de gauche parle de la « planification écologique de la société » ; à quelques mots près c’est ce qu’on pourrait soutenir.

En 2009, on a participé aux élections européennes et créé l’association des objecteurs de croissance, qui a explosé au bout de six mois pour des raisons, entre autres, de conflits de personnes. Aux dernières législatives, le mouvement des objecteurs de croissance et le PPLD ont travaillé ensemble et présenté 60 candidats.

Quel est le bilan de votre participation aux élections ?

Certains candidats n’ont pas voulu s’endetter pour payer l’impression des bulletins de vote et donc n’ont pas fait de voix, d’autres ont participé aux élections avec le NPA et les alternatifs, ou chez EELV.

C’est plus un ovni politique, une auberge espagnole, un réseau de collectifs locaux, de gens qui se retrouvent sur des initiatives concrètes, comme un jardin communautaire, une monnaie locale, Jeudi noir... On a du mal avec la logique partidaire, on n’aime pas les étiquettes.

La décroissance, c’est réfléchir à la transition du modèle actuel vers la société d’après. Et pour cela, on peut jouer sur quatre leviers :

individuel : à travers la simplicité volontaire, et aussi ce qu’on appelle la « décolonisation de l’imaginaire » ;
collectif : en menant des alternatives concrètes comme à Notre-Dame-des-Landes ;
la visibilité : avec la désobéissance civile, l’organisation de débats et la participation à des élections ;
théorique : le travail de réflexion à travers des livres, comme celui que nous venons de publier.


Est-ce que ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes est le modèle à suivre pour les décroissants ?

C’est vrai que là-bas s’expérimentent localement, à une échelle sans précédent, de nouvelles manières de produire, de prendre des décisions. C’est un combat symbolique entre deux paradigmes : d’un côté ceux qui sont dans la continuité des Trente glorieuses et disent que l’avenir est à voyager toujours plus et toujours plus loin, et à l’opposé il y a ceux qui construisent des cabanes et veulent ouvrir un débat sur ce qu’est le bien-être.

Votre mesure phare pour sortir de la course à la croissance est d’apporter la prospérité avec la « dotation inconditionnelle d’autonomie ». Qu’est-ce que c’est que ce machin ?

On a travaillé pendant quatre ans sur ce projet, qui concentre différentes choses :

le revenu inconditionnel d’existence, qui est donné en argent et sur lequel on est donc assez critique ;
l’extension des sphères de la gratuité : avec Paul Ariès, nous sommes pour donner des crédits au bon usage et taxer plus des mésusages, comme l’excès de consommation d’eau, qui est un bien commun ;
l’autonomie ne passe pas nécessairement par l’argent, c’est aussi de ne pas dépendre du système des banques pour l’argent, d’où notre soutien au développement de systèmes monétaires alternatifs avec les monnaies locales.

Nous pensons que la dotation ne doit pas être donnée en argent mais en droit de tirage, droit d’accès et en systèmes d’échanges locaux (SEL) ; en cela elle représente un outil de repolitisation.

Devra être débattue localement la question des quantités décentes : de quelle quantité de nourriture a-t-on besoin pour vivre dignement ? Oui, il y aura une forme de rationnement, mais l’argent est un rationnement !

Comment voyez-vous le passage de la société actuelle à celle d’après ?

Il y a trois scenarii :

l’extension des alternatives concrètes, qui peu à peu transforment par la base la société ;
la prise de pouvoir révolutionnaire et le partage du temps de travail : le temps est réinvesti dans une plus forte participation à la vie de la cité ;
la mise en place à l’échelle européenne d’un revenu inconditionnel d’existence, qui localement se décline en dotation d’autonomie.


Dans le programme économique des Colibris, que Pierre Rabhi a présenté la semaine dernière, il y avait le revenu inconditionnel d’existence...

On les connaît bien, d’autant que Pierre Rabhi a fait partie du mouvement de la décroissance au départ, et son mouvement est une manière de renouer avec la politique au sens noble du terme.

Mais eux pensent qu’on peut changer la société uniquement par le bas, alors que nous pensons que les alternatives concrètes vont se heurter à la question des institutions, menacer l’oligarchie, et donc il faut jouer aux équilibristes et être à la fois dedans et en dehors des institutions.

Nos amis d’EELV sont trop embarqués dans le jeu du pouvoir et vont bientôt se rendre compte qu’il ne suffisait pas de prendre le pouvoir pour changer la société. Et à l’inverse, on a des copains qui pensent avoir raison tout seuls, mais se font rattraper par la société ; par exemple quand la loi Loppsi 2 leur a interdit de vivre dans des yourtes.

Morale de l’histoire : si vous ne vous intéressez pas à la politique, elle s’intéressera à vous !

Voulez-vous remettre en question la propriété privée ?

On ne remet pas en cause facilement quelque chose d’aussi ancien et ancré dans nos sociétés occidentales. Mais nous pensons qu’il faut remettre en valeur le droit d’usage plutôt que le droit de propriété, comme le dit Illich. Il faut aussi se demander s’il est normal que celui qui a une maison secondaire utilisée quelques jours par an n’en paie pas le vrai prix environnemental.

Nous ne sommes pas liberticides, nous disons aux gens qu’ils sont libres de rouler en 4x4 et de consommer dix planètes, mais s’ils veulent vivre ainsi, ils doivent en payer le prix réel. Si c’était le cas, ils seraient condamnés à travailler énormément pour sécuriser les puits de pétrole en Irak nécessaires à leur approvisionnement, pour acheter les armes pour contrôler la raffinerie, etc...

Trouvez-vous normal que le kérosène des avions soit le seul carburant non taxé ? Croyez-moi, si le prix de l’avion incluait son prix écologique, il y aurait beaucoup moins de monde qui le prendrait !

Vous allez loin en parlant de « banalité du mal », au sujet de la consommation...

Le problème du système actuel, c’est qu’on est pris dans une spirale où on ne se rend jamais compte des conséquences de nos actes de consommation. En ce moment, on sécurise les puits d’uranium de la France au Niger… au nom de l’indépendance énergétique de la France !

Il faut rappeler qu’on vit aujourd’hui dans une parenthèse de l’humanité : en l’espace de quatre-cinq générations, on a consommé de l’énergie accumulée pendant des dizaines de millions d’années. Mais tout cela est terminé, puisque le « peak oil » est passé, et que maintenant il va falloir se désintoxiquer du pétrole.

Cette énergie a tout changé dans notre rapport aux autres, au temps, à la distance, mais on est à la fin de cette période. Savez-vous qu’en Grèce, on ferme des écoles au nom de la sacro-sainte monnaie et de la nécessité de faire des économies ?

Il faut sortir de cette aliénation par l’argent et reparler d’autonomie, car comme le dit Cornelius Castoriadis : la vraie liberté, ce n’est pas celle de consommer !
Il faut remettre l’économie à sa place : celle d’un outil pour instaurer des politiques.

Le débat national sur la transition énergétique peut-il servir à cela ?

Ce sera des guignoleries : si on ne remet pas en cause le paradigme croissansiste, ils ne trouveront que des palliatifs. Le développement durable, comme dit Paul Ariès, c’est « polluer moins pour pouvoir polluer plus longtemps ». Il faut arrêter l’acharnement thérapeutique et construire un nouveau modèle de société moins énergivore et moins dépendant des méga-machines.

Sur la Dotation Inconditionnelle d'Autonomie, voir cet article : http://www.lespetitesmagies.com/t15707-revenu-inconditionnel-dexistence-ou-dotation-inconditionnelle-dautonomie


_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Décroissance

Revenir en haut Aller en bas

Décroissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les petites magies ::  ::   :: Actualités, informations, réflexions, actions, luttes :: Actualités sur la société, la politique, le quotidien -