écologie, simplicité, fait-maison
 
Port. 3 col.FAQPublicationsAccueilS'enregistrerLe Grimoire LPMConnexion
6ème numéro de la Gazette LPM
juillet 2017 !
Cliquez et lisez !



Des photos, des photos....
et encore des photos...
de nos potagers !
Alors ? ça pousse ?

Vacances ou pas vacances ?
le sondage de l'été 2017 sur LPM



Un savon, des savons...
Nos réalisations !

Un ANI qui nous veut du mal ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 23906

MessageSujet: Un ANI qui nous veut du mal ... Sam 23 Fév 2013 - 20:04

Bon... P'têt qu'on vous bassine avec ça à longueur de journée mais j'ai envie d'en remettre une couche.
Il se passe quelque chose de très important pour le monde du travail (autant dire pour de très nombreuses personnes) et l'avenir de l'emploi en France.
Je pense que Lydia parlerait bien mieux que moi de ce qui se passe mais je vais essayer, c'est trop important et très urgent.

En gros, cet accord ne va pas créer d'emploi, ne va pas faire baisser le chômage, ne protège plus aucun salarié... Les salariés perdent des droits (et le droit au travail est un droit fondamental qui est remis en cause dans cet accord) et donne davantage de pouvoir aux employeurs. Certes quand on est employeur, on peut penser que cet accord est bon mais... employer des travailleurs qui n'auront aucune garantie (durée de travail, salaire...) et donc aucune confiance dans leur entreprise, est-ce souhaitable ?

La flexibilité mise en avant dans cet accord est en fait la pire des choses... elle permet tout et donc le pire... C'est au contraire des règles précises, un cadre délimité qui permet d'avoluer et de tester les limites, de progresser.
Pour prendre une image qui peut être plus familière, dans le contexte familial de l'éducation des enfants qu'engendre la flexibilité ? Imaginons... imaginons que les règles changent tous les jours, que les limites et les contraintes deviennent variables.

...

Il y a 27 articles à lire et les opposants ont déjà trouvé 54 trucs à démonter...
Un exemple : un travailleur peut se retrouver dans la situation d'accepter une baisse de salaire contre son non-licenciement...
Un autre : les délais pour aller aux Prud'hommes raccourcissent de 5 à 2 ans ou de 1 an à 3 mois ou... seulon les cas.
Bien sûr la parité pour les salaires et autres broutilles ne sont pas traitées...
Il sera toujours plus intéressant pour l'employeur de prendre des interimaires que de faire des contrats même des CDD...

Je vous conseille de décrypter cet accord et d'en discuter autour de vous, ça vaut le coup !

L'appel de la Fondation Copernic et ATTAC :
http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article865 a écrit:
L’accord national interprofessionnel (ANI), ou « accord emploi » du 11 janvier signé par le patronat et certaines organisations syndicales représente un recul social majeur. Les soi-disant « nouveaux droits pour les salariés » sont en réalité de portée limitée et comportent nombre de dérogations et de dispositions qui en permettent le contournement. Par contre, les mesures en faveur du patronat portent des coups sévères au droit du travail. Cet accord s’inscrit dans le droit fil des préconisations, appliquées partout en Europe, de la Troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) : démantèlement du droit du travail, chantage à l’emploi pour baisser les salaires et les droits sociaux au nom de la compétitivité. Il contribuera ainsi à la spirale dépressive dans laquelle les politiques d’austérité enfoncent l’Union européenne. 



L’accord aggrave encore, après les lois Fillon de 2004 et 2008 qu’il faut abroger, la remise en cause de la hiérarchie des normes en permettant de nouveau qu’un accord d’entreprise soit moins favorable que la convention collective et que la loi : en cas de « graves problèmes conjoncturels » de l’entreprise (quelle entreprise ne connaît pas de problèmes conjoncturels et surtout qui en juge ?), il ne laisse d’autre choix au salarié que d’accepter la baisse de son salaire et l’augmentation de son temps de travail sous peine de licenciement. L’accord réduit considérablement les droits et les possibilités de contestation et de recours à la justice des salariés et de leurs représentants. Il remet en cause des prérogatives importantes des instances représentatives du personnel et renforce le pouvoir des employeurs, notamment celui d’imposer la « mobilité » des salariés (changement de lieu ou de poste de travail). 



Loin de permettre « la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels des salariés » cet accord va, au contraire, aggraver la précarité du travail en libérant le patronat de nombre d’obligations. En dépit des promesses qui avaient été faites par le gouvernement, l’accord ne réduit pas les inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes, alors même que la précarité de l’emploi concerne en premier lieu les femmes, prépondérantes dans le temps partiel (80%) et plus souvent touchées par les CDD, le chômage et le sous-emploi. De même, à l’heure où près du quart des actifs de moins de 25 ans est au chômage, ces accords risquent de fragiliser les conditions d’emploi des jeunes. Que ce soit par la faiblesse de leur ancienneté dans l’entreprise, ou bien parce qu’on estimerait qu’un jeune a "toute sa vie devant lui", en l’absence de vraies mesures contre les contrats précaires qui les touchent massivement, les jeunes risquent de payer le prix du chantage à la mobilité et de l’assouplissement des licenciements.

Enfin, cet accord est illégitime. Il a été signé par trois confédérations syndicales représentant une minorité de salariés, alors même que les règles de représentativité syndicale sont sur le point de changer. Les parlementaires de droite se disent prêts à voter telles quelles les dispositions qu’il contient, mais ni le président de la République, ni la majorité de l’Assemblée nationale n’ont été élus pour faire reculer les droits des salariés. Transposer ces reculs sociaux dans la loi représenterait donc un grave déni démocratique. 



Nous appelons les salariés-es, et plus largement, tous les citoyens-nes à lire ce texte, à l’analyser, à tenir partout des réunions pour en débattre ensemble et faire entendre leurs exigences auprès de leurs élus, tout particulièrement ceux de gauche, pour qu’ils ne votent pas ce texte. L’heure est bien plutôt à la sécurisation des emplois contre les licenciements, pour un travail de qualité, sans précarité, avec des droits sociaux de haut niveau pour les salariés, les chômeurs et les retraités. Nous ferons tout pour que cet accord n’acquière pas force de loi et nous appelons à soutenir toutes les initiatives en ce sens, en particulier les mobilisations syndicales. (...)

Synthèse de l'ANI
Lire aussi ceci : Le licenciement automatique bientôt inscrit dans la loi ?
Comment le patronat français cherche à museler les juges

Pour les convaincu-e-s, je rappelle la manifestation nationale du 5 mars, de toutes les façons possibles... et la pétition en ligne

Je me permets de mettre ce sujet sur le forum parce qu'il me semble qu'il nous concerne tous même s'il n'est pas à proprement parler d'écologie... C'est une rubrique ouverte, non ?
J'avoue que je ne savais pas grand chose sur ce sujet avant d'assister à un "meeting" l'autre soir et même si je ne comprends pas tout parce que des termes et des spécificités m'échappent, je pense que ce n'est pas avec de tels accords que notre société va évoluer vers une humanité plus juste, plus respectueuse (en particulier des droits de chacun)...


_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
pasmonnom
neutre
neutre


Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 60
Féminin
Localisation : haut jura
Nombre de messages : 1039

MessageSujet: Re: Un ANI qui nous veut du mal ... Sam 23 Fév 2013 - 20:56

signe

c'est plus que de l'abus même


Dernière édition par pasmonnom le Dim 24 Fév 2013 - 8:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tempérance
cuisinier-ère
cuisinier-ère
avatar

Date d'inscription : 01/05/2009
Age : 50
Féminin
Localisation : Tortosa Espagne
Nombre de messages : 4425

MessageSujet: Re: Un ANI qui nous veut du mal ... Sam 23 Fév 2013 - 22:33

J'ai été patron avant, maislLà ils abusent j'ai signée la pétition!
_________________
Profitez du moment présent!  tempérance
Revenir en haut Aller en bas
sandalette
neutre
neutre


Date d'inscription : 18/08/2009
Féminin
Localisation :
Nombre de messages : 2160

MessageSujet: Re: Un ANI qui nous veut du mal ... Dim 24 Fév 2013 - 9:47

Comme on ne veut pas admettre qu'il faudrait tout changer parce que le système est mort (j'entends mort pour que l'ensemble des gens vivent correctement, pas mort pour ceux qui gagnent beaucoup de sous), ben on serre les boulons et comme d'hab' ceux du bas bien sur

Je suis même plus en colère tellement c'était prévisible
Revenir en haut Aller en bas
Chouette
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 12
Féminin
Localisation : belgique - Braine l'Alleud
Nombre de messages : 8217

MessageSujet: Re: Un ANI qui nous veut du mal ... Dim 24 Fév 2013 - 10:35

je suis ... c'est incroyable tout ça même si comme le dit sandalette, c'était prévisible.
_________________
" Il n'y a point de chemin vers le bonheur : le bonheur c'est le chemin." Lao Tseu

"Gardons nous d'envier les situations les plus hautes, car une cime peut n'être que le bord d'un gouffre. (...)

(...) Existe-t-il une toute-puissance qui ne soit pas menacée d'effondrement et des violences d'un maître ou d'un bourreau ? (...) En une heure de temps, on peut passer du trône aux pieds d'un vainqueur (...) Garde en tête que toute condition est exposée à des revirements et que tout ce qui affecte autrui est susceptible de t'atteindre."

Extraits de De la tranquillité de l'âme de Sénèque



impossible
Revenir en haut Aller en bas
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 23906

MessageSujet: Re: Un ANI qui nous veut du mal ... Dim 14 Avr 2013 - 10:46

http://www.bastamag.net/article3036.html a écrit:
Conditions de travail
La loi sur l’emploi adoptée… avec la bienveillance de l’UMP

Par Ivan du Roy (10 avril 2013)

L’Assemblée nationale a adopté le 9 avril la loi sur l’emploi, qui reprend les termes de l’accord national interprofessionnel signé en janvier entre le Medef et trois syndicats (CFDT, CFE-CGC et CFTC). La transcription législative de cet accord prévoit notamment l’instauration d’une forme de licenciement économique individuel, qui permet aux entreprises d’éviter de mettre en œuvre un plan social, ainsi que ce qui s’apparente à des mobilités forcées pour les salariés (lire notre décryptage). Et évacuant complètement la question des conditions de travail et des pénibilités.

250 députés (sur 577) ont voté pour et 26 contre. Derrière cet apparent raz-de-marée se cache de fortes dissensions au sein de la majorité parlementaire. Les 16 élus écologistes se sont abstenus, ainsi que 35 députés socialistes. Auxquels il convient d’ajouter quatre élus du PS qui ont voté contre (deux autres députés socialistes ont également voté contre, mais ont déclaré avoir voulu voté pour…), aux côtés des 13 députés du Front de gauche, vivement opposés à ce qu’ils considèrent être des « dispositions les plus destructrices pour le droit du travail ».

Si la loi pour l’emploi semble avoir été largement adoptée, c’est grâce à l’abstention bienveillante de l’UMP et des centristes. L’accord national interprofessionnel était déjà issu d’un compromis social caduc : les syndicats de salariés signataires ne représentant que 44,7% des voix aux élections professionnelles, les trois syndicats clairement opposés (CGT, FO, Solidaires) totalisant 46,2% des suffrages… Sa transcription dans la loi révèle également un étonnant arrangement entre une grande partie du PS et une droite centriste et néolibérale beaucoup plus accommodante sur le sujet que pour le mariage pour tous. Un compromis qui exclut la gauche sociale, incarnée par une partie du PS, le Front de gauche et EELV. En attendant le passage au Sénat, à partir du 17 avril. Une loi économique et sociale ne suscitant pas l’opposition de l’UMP, après cinq ans de sarkozysme, ça c’est du changement !

_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un ANI qui nous veut du mal ...

Revenir en haut Aller en bas

Un ANI qui nous veut du mal ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les petites magies ::  ::   :: Actualités, informations, réflexions, actions, luttes :: Actualités sur la société, la politique, le quotidien -