écologie, simplicité, fait-maison
 
Port. 3 col.FAQPublicationsAccueilS'enregistrerLe Grimoire LPMConnexion
6ème numéro de la Gazette LPM
juillet 2017 !
Cliquez et lisez !



Des photos, des photos....
et encore des photos...
de nos potagers !
Alors ? ça pousse ?



Un savon, des savons...
Nos réalisations !

Nettoyer les océans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 23930

MessageSujet: Nettoyer les océans Ven 12 Avr 2013 - 12:41

des vidéos en cliquant sur le lien source

http://www.slate.fr/lien/70097/Boyan-Slat-barrages-flottants-nettoyer-oceans a écrit:
A 19 ans, Boyan Slat a peut-être trouvé comment nettoyer les océans

Boyan Slat a 19 ans, habite aux Pays-Bas et a commencé à étudier la possibilité de débarrasser les océans du monde des millions de tonnes de plastique qui les polluent à l’occasion de son projet de dernière année de lycée.

Après quelques centaines d’heures de travail supplémentaire, il a présenté à une conférence TEDx à Delft, en octobre 2012, un concept qui pourrait permettre de retirer des océans 7,25 millions de tonnes de plastique en 5 années à peine. Le projet, sur lequel travaillent à présent 50 ingénieurs, n’en est qu’à un quart de son étude de faisabilité. S’il vient à être réalisé, les bénéfices pour la faune et la flore océanique ainsi que pour nous, qui nous trouvons au bout de la chaîne alimentaire, seront exceptionnels.

Il y a dans les océans de la planète cinq principaux gyres océaniques, gigantesques tourbillons animés par la force de Coriolis. Tous entraînent dans leurs courants des tonnes de déchets, qui y restent bloqués éternellement. On y trouve en très grande majorité des plastiques, auxquels il faut généralement entre 50 et 1.000 ans pour se décomposer. Le plus tristement célèbre de ces gyres se trouve dans l’Océan Pacifique et a été surnommé vortex de déchets ou «8e continent» (les Américains comptent l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud comme deux continents séparés; le 7e continent est l’Antarctique). Il a été dit que les déchets y recouvrent une surface deux fois grande comme le Texas, mais il n’existe en fait pas d’estimation fiable de la taille de cette soupe de plastique. Et pour cause, le 8e continent est transparent pour les satellites. On ne peut voir les tonnes de microdébris (issus de la dégradation de déchets plastiques) qui le composent que depuis le pont d’un bateau. Ils sont pourtant plus nombreux que le plancton. Ces déchets plastiques, ainsi que d’autres plus gros –tels les bouchons de bouteille ou les filets perdus en mer– sont consommés par les oiseaux, les poissons et les mammifères marins.


On trouve régulièrement baleines à bosse et cachalots, échoués sur les côtes, des dizaines de kilos de matières plastiques obstruant leurs estomacs. On estime à une centaine de millions les oiseaux marins qui meurent dans les mêmes conditions, notamment des albatros qui confondent les bouchons de plastique avec de la nourriture. Les poissons consomment eux aussi des microdébris, qui transportent des polluants tels que PCB et DDT. Ceux-ci se retrouvent ensuite dans nos assiettes.

Par ailleurs, Boyan Slat rapporte que les déchets plastiques sont responsables chaque année de dégats à hauteur d’un milliard de dollars sur les navires américains. Les conséquences économiques sont nombreuses, notamment pour le tourisme lorsque les plages sont touchées.

Le capitaine Charles Moore, qui a découvert le vortex de déchets du Nord Pacifique, a estimé qu’il faudrait 79.000 années pour tout nettoyer. Mais c’est avec les moyens conventionnels, c’est-à-dire en utilisant des bateaux équipés de filets qui pêcheraient des déchets plastiques.

Boyan Slat propose une solution radicalement différente. Au lieu d’utiliser de l’énergie pour se battre contre les courants marins, le projet Ocean Cleanup s’appuierait sur des bases fixes et laisserait les courants amener les déchets dans ses barrages flottants. Selon une hypothèse qui nécessite d’être testée, le plancton pourrait nager en dessous des barrages mais même les plus petits morceaux de plastique resteraient bloqués.

Le projet pourrait même se révéler rentable, le recyclage des matières plastiques récupérées pouvant rapporter 500 millions de dollars. The Ocean Cleanup Foundation lancera prochainement une campagne de crowdfunding.

Même si ce projet venait à se concrétiser, le travail de prévention et de réduction de la production de plastique devrait continuer en parallèle.

_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
Andromaque
neutre
neutre


Date d'inscription : 05/04/2013
Age : 27
Féminin
Localisation : Paris
Nombre de messages : 159

MessageSujet: Re: Nettoyer les océans Ven 12 Avr 2013 - 18:59

Ce serait en effet super si ça se concrétisait. Après, j'avais lu un article encore plus précautionneux sur le sujet qui concluait en gros qu'on ne pouvait vraiment compter que sur le nettoyage des plages et rivières + la réduction des déchets plastiques pour limiter les dégâts : http://ecologie.blog.lemonde.fr/2013/04/03/peut-on-nettoyer-les-oceans-des-dechets-plastiques/
J'espère quand même qu'on finira par nettoyer et recycler au moins une partie de tout ce qu'on a largué dans les océans et les mers...

la deuxième partie de l'article en question :

"Si la raison pour laquelle cette information émerge sur la Toile cinq mois après sa présentation s'avère un mystère, reste que le projet doit être pris avec des pincettes : les chercheurs n'en sont qu'au quart de leur étude de faisabilité technique. Face à l'emballement médiatique, une mise en garde a même été publiée sur le site, ainsi que sur le compte Twitter, prévenant que "même si les premiers résultats apparaissent prometteurs et alors que l'équipe réalise d'importants progrès, nous n'avons pas eu, et n'avons toujours pas, l'intention de présenter ce concept comme une solution faisable alors que nous sommes toujours dans une phase d'investigation".

Car ce projet n'est pas le premier à imaginer pouvoir nettoyer les océans. Ainsi, en 2012, un groupe d’étudiants de l’Institut supérieur de design de Valenciennes concevait un drone marin destiné à récupérer de façon automatisée les sacs de plastique et autres débris qui polluent les mers. Les engins, de 5 m de haut et 3,6 m de diamètre, dotés de batteries longue durée, devaient évoluer en groupe avant de rejoindre la surface pour être débarrassés des déchets collectés. Depuis, la technologie n'a toujours pas trouvé preneur.

D'autres organismes travaillent sur la question depuis plusieurs années sans avoir de résultats concluants à avancer. Ainsi, le project Kaisei, lancé en 2009 pour nettoyer la "plaque" la plus importante de déchets, celle du Pacifique Nord, qui aurait six fois la taille de la France, a mené deux expéditions de repérage en 2009 et 2010. La collecte des déchets à proprement parler, ainsi que leur recyclage, n'a elle pas encore débuté. De même, depuis 2008, The Clean Oceans Project a expérimenté à petite échelle, dans un premier temps, différents systèmes pour repérer et collecter les déchets. La second phase, qui doit voir l'application des technologies à la "grande poubelle du Pacifique", s'avère elle aussi toujours en préparation.
Pour François Galgani, océanographe à l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), ces opérations s'avèrent davantage "symboliques" que profitables à l'environnement. "Cette pollution des gyres océaniques ne consiste pas en de gros amas de déchets, mais une multitude de micro-plastiques, d'un diamètre inférieur à 5 mm, en suspension à la surface ou jusqu'à 30 mètres de profondeur, et sur des étendues immenses et mouvantes, explique ce chercheur spécialiste des déchets en mer. Par ailleurs, si ces débris sont très nombreux, en poids, ils ne représentent pas grand chose : moins d'une dizaine de milliers de tonnes et non plusieurs millions."

Pourtant, ces plastiques entraînent une grave menace pour la biodiversité : en partie dégradés par la lumière du soleil, ils peuvent être ingérés par les poissons, oiseaux et autres organismes marins, suscitant blessures et étouffements, et déséquilibrer les écosystèmes.

"Toutefois, ces déchets sont tellement difficiles à ramasser qu'il est peu probable que ces projets trouvent les financements nécessaires", assure François Galgani. D'autant que ces déchets se trouvant essentiellement hors des eaux nationales et des Zones économiques exclusives, aucun Etat ne veut en assumer la responsabilité ni le coût.

"Ramasser les déchets sur les plages est moins spectaculaire mais plus facile à réaliser et tout aussi utile", conclut l'expert. "Le plus accessible serait de se concentrer sur le nettoyage des canaux et rivières qui débouchent dans les océans, ainsi que les plages, afin de prévenir une accumulation de déchets plus au large et en profondeur, confirme Marieta Francis, directrice exécutive de l'ONG Algalita Marine Research Foundation, qui mène des expéditions scientifiques dans les gyres. Mais l'essentiel est surtout de réduire la quantité de déchets produite, en limitant la consommation d'emballages, en les recyclant et les réutilisant au maximum et en recherchant d'autres alternatives, comme des plastiques biodégradables ou compostables, du papier ou de l'aluminium."

(Audrey Garric, 3/12/2013)
Revenir en haut Aller en bas

Nettoyer les océans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les petites magies ::  ::   :: Actualités, informations, réflexions, actions, luttes :: Actualités sur l'environnement et le vivant -