écologie, simplicité, fait-maison
 
Port. 3 col.FAQPublicationsAccueilS'enregistrerLe Grimoire LPMConnexion

Et la série de savons continue !
A voir et à revoir, c'est par ici !
Et la 7ème Gazette..

... est à lire par là !




Anoréxie et boulimie à travers internet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 24043

MessageSujet: Anoréxie et boulimie à travers internet Sam 15 Juin 2013 - 14:09

Ce n'est peut-être pas le meilleur moyen sur le forum d'aborder ces maladies mais cet article et les articles connexes m'ont choqués, je n'aurais jamais pensé qu'on puisse être "pro-ana" (pro-anorexique) ou "pro-mia (pro-boulimique) et donc "anti-pro-ana" en opposition etc.
Les blogs sont interdits aux moins de 18 ans, on y lit des articles impressionnants avec des photos aussi... l'obsession du corps, de la nourriture, des kilos, de la silhouette...
Il fallait déjà connaître l'existence de ces blogs et de ces mouvements... Je cite ces deux exemples suffisamment parlant :
http://www.rue89.com/2011/10/27/une-loi-devait-les-interdire-mais-les-blogs-pro-anorexie-prosperent-226015 a écrit:
(...) Quelle nourriture se vomit le plus facilement ? Comment cacher qu’on ne mange rien depuis des mois ? Combien de kilos perdre en une semaine ? Combien de litres de Coca Light s’envoyer pour ne pas avoir faim ? Comment tenir sans manger mais en faisant deux heures de sport par jour ? (...)
http://www.rue89.com/2011/11/21/web-pro-ana-cinq-anorexiques-repondent-vos-commentaires-226737 a écrit:
(...) Les pro-ana prônent donc l’anorexie comme mode de vie, la maigreur comme idéal de beauté à atteindre par n’importe quel moyen et à n’importe quel prix. Elles se retrouvent en communauté sur leurs blogs ou sur des forums et s’encouragent mutuellement à devenir ou à redevenir de « bonnes » anorexiques. La limite est ténue entre les pro-anas et les filles qui souffrent d’anorexie : elles ont le point commun de focaliser leur attention sur la nourriture.(...)
Et cet article qui dit que "ça ne fait pas que du mal aux ados" et que "ça peut les aider"... à voir !
(attention, images et propos choquants quand on clique sur les liens...)


http://www.rue89.com/2013/06/15/anorexie-boulimie-les-blogs-tant-decries-font-mal-ados-243103 a écrit:
Web des troubles alimentaires 15/06/2013 à 10h46
Anorexie-boulimie : les blogs tant décriés ne font pas que du mal aux ados
Laurent Bonnat | Rue89
Accusés de faire l’apologie des troubles alimentaires, les blogs pro-anorexie joueraient aussi le rôle de « thérapies participatives », selon des études récentes.

Jugés trop incitatifs, les blogs « pro-ana » (pro-anorexie) et « pro-mia » (pro-boulimie) sont essentiellement perçus comme des machines à tuer. Une loi devait même les interdire. Mais elle s’est perdue entre l’Assemblée et le Sénat et des milliers de jeunes filles (dans neuf cas sur dix, la victime est féminine) continuent à échanger conseils et témoignages sur leur mal-être.

A-t-on tort de s’alarmer ? C’est ce que pensent aujourd’hui les sociologues qui étudient le fonctionnement des réseaux qui se tissent autour des troubles du comportement alimentaire (TCA). Explication en quatre temps.

1 La nourriture et tous ses maux

Le Web a transformé ces écrits en véritables religions. Leurs fidèles, les « pro », vouent un culte à « Ana » (de l’anglais « anorexia ») et « Mia » (« bulimia »), nouvelles idoles créées de toute pièce. Sur la quasi totalité des blogs pro, on retrouve, entre autre, les dix commandements de l’anorexie.

Partout, des lettres de recommandation identiques vantant les bons principes de ce fonctionnement circulent, comme si elles avaient été écrites des mains d’Ana et Mia, pour guider les jeunes filles vers un pseudo-culte de beauté.

Un guide respecté à la lettre, comme le démontre le blog de JR, 19 ans, où chaque internaute peut lire les « progrès » de l’adolescente pendant sa perte de poids vertigineuse.

Les « gainers » contre-attaquent

Beaucoup plus méconnue, la Toile prend aussi une trajectoire inversée, celle des gainers, à la fois anti pro-ana et adeptes du « manger plus pour grossir plus ».

Parmi les plus célèbres gainers, Donna Simpson, qui semble depuis s’être repentie. La jeune femme avait décidé de devenir la mère la plus grosse du monde (un poids « rêvé » estimé à 455kg), et proposait aux internautes de payer pour la voir grossir : 20 dollars par « follower », le tout pour subvenir à ses dépenses hebdomadaires à l’épicerie. Rien que ça.

Bref, on nous explique que le must du sex-appeal, c’est de stocker un maximum de graisse en un temps record, et surtout, ne pas faire de sport au risque de brûler le moindre calorie.

(...)

2 Une censure bien présente

Alors que le phénomène, bien moins médiatisé, avait déjà envahi le Web à la fin des années 90 via tchats, blogs et forums, la tendance a évolué logiquement vers les réseaux sociaux.

En 2009, les moteurs de recherche AOL et Yahoo avaient bloqué l’accès aux portails pro-ana/mia. En mars dernier, le réseau de microblogging Tumblr a annoncé vouloir lui aussi éradiquer totalement les contenus liés

(...)

Une horde de jeunes filles à l’estomac creux et aux os saillants ont envahi la Toile sur des images précédées des « hashtags » (mots-clés) « #proana », « #thinspo » ou encore « #anorexia », et légendées par des citations houleuses : « Rien n’est plus agréable que de se sentir maigre », disait Kate Moss, érigée en mentor pro-ana.

Ces adolescentes, chassées de Tumblr donc, ont opté pour Instagram, réseau social de partage de photos. Mais même sentence : Instagram bannit ces « hashtags », suivi de près par Pinterest. Oui mais, dit-on, casser le thermomètre n’éradique pas la maladie, et la prolifération de ces réseaux continue de plus belle.

3 Deux vies complémentaires

Jusque-là, si l’on a bien suivi, un adolescent ou un jeune adulte qui fait face à des troubles du comportement alimentaire peut créer une identité « en ligne » et trouver refuge sur un réseau, au moyen de nombreuses interactions quotidiennes. Soit.

Mais finalement, ces échanges sont-ils si négatifs ? De récentes études ont tenté de répondre à cette épineuse question, en se penchant cette fois sur les effets dits « positifs » de ces réseaux communautaires.

Depuis 2010, plusieurs organismes de recherches travaillent sur un projet baptisé « La sociabilité “Ana-mia” : une approche des troubles alimentaires par les réseaux sociaux en ligne et hors ligne ». Paola Tubaro, chercheuse au CMH-CNRS de Paris, lors d’une conférence donnée le 28 mai dernier, en cite quelques extraits :

   « Les relations en ligne ne sont pas du tout un substitut des relations hors ligne, mais juste un complément. La majorité des connaissances citées par les jeunes sont “hors ligne” soit la famille, les amis, l’école. Cependant, d’autres personnes sont rencontrées en ligne, et sont souvent beaucoup moins proches. »

(...)

4 « L’autre, un remède »

Antonio A. Casilli, sociologue au centre Edgar-Morin et auteur de l’article « Web des troubles alimentaires : un nouvel art de jeûner ? », démontre qu’une forme de solidarité intrinsèque et propre à ces réseaux peut, à terme, conduire à des résultats positifs.

Eviter le pire

S’il ne s’agit pas, au sens propre, de se soigner mutuellement, les relations tissées dans un même milieu peuvent parfois éviter un suicide. (...)

S’interdiagnostiquer

Au-delà d’un florilège de textes dédiés à l’apologie de l’anorexie et la boulimie, l’étude de Queensland reprend et approfondit ces résultats. Une façon de comprendre comment les internautes en souffrance se livrent, entre eux, à une sorte de « thérapie participative » :

   « Les communautés FA (“fat acceptance”) et PA (“pro-anorexia”) permettent à la pathologie (sans être citée et nommée comme tel) d’être confirmée et attestée par d’autres membres, qui peuvent aider à stabiliser une identité. Quelque chose qui ne peut être atteint grâce à l’autodéfinition d’un être seul, même s’il est entouré dans sa vie “réelle”. »

Le recul n’est pas encore suffisant pour tirer les conclusions de ces recherches. Dans tous les cas, l’apologie des troubles du comportement alimentaire reste contestée, mais la censure totale de ces plateformes pourraient ralentir, d’après les spécialistes, les investigations menées au sein de ces cybercommunautés. Cependant, si une nouvelle approche est désormais possible via un discours un peu moins tranché, Internet n’a pas encore trouvé de solution miracle contre la maladie.

_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
Chouette
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 13
Féminin
Localisation : belgique - Braine l'Alleud
Nombre de messages : 8258

MessageSujet: Re: Anoréxie et boulimie à travers internet Sam 15 Juin 2013 - 15:57

oui, bon, je ne suis pas sure que le phénomène d'aide à s'en sortir soit réel. J'ai certains doutes.  Je pense que ça ne fait qu'augmenter cette spirale infernale dans laquelle on se trouve quand on a des troubles du comportement alimentaire.  J'aurais bien aimé pouvoir lire tous les "trucs" pour arriver à ne pas manger (ou à "rejeter" ce que j'avais mangé) quand j'ai eu ce problème.  Certes, pousser ces malades à manger ne sert pas à grand chose mais recevoir des félicitations d'autres personnes quand on a perdu du poids, ça ne doit pas non plus leur rendre service. 
Cette maladie est tellement complexe et difficile à comprendre.  Après des années de recul, je sais que, dans mon cas (je peux difficilement parler pour les autres), c'était une envie de suicide déguisée, comme si je ne voulais pas accepter consciemment ce souhait de mort.
Ces +/- 7 années de maladie me laisse le souvenir d'un enfer sur terre, c'est une souffrance morale extrème
_________________
" Il n'y a point de chemin vers le bonheur : le bonheur c'est le chemin." Lao Tseu

"Gardons nous d'envier les situations les plus hautes, car une cime peut n'être que le bord d'un gouffre. (...)

(...) Existe-t-il une toute-puissance qui ne soit pas menacée d'effondrement et des violences d'un maître ou d'un bourreau ? (...) En une heure de temps, on peut passer du trône aux pieds d'un vainqueur (...) Garde en tête que toute condition est exposée à des revirements et que tout ce qui affecte autrui est susceptible de t'atteindre."

Extraits de De la tranquillité de l'âme de Sénèque



impossible
Revenir en haut Aller en bas
matali
modo
modo
avatar

Date d'inscription : 04/05/2005
Nombre de messages : 24043

MessageSujet: Re: Anoréxie et boulimie à travers internet Sam 15 Juin 2013 - 16:27

Oui.

Cette idée d'anorexie volontaire est choquante. Utiliser une maladie et son nom pour répandre un phénomène, un mouvement, se créer une identité ou je ne sais quoi, c'est choquant. Même si toutes ces filles sont malades... C'est glauque. Surtout qu'il n'y a rien derrière sur la recherche des causes, de la guérison, de la prise de conscience du mal...


_________________
Ne demande jamais ton chemin à quelqu'un qui le connaît car tu ne pourras pas t'égarer... (Rabbi Nahman de Braslav)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anoréxie et boulimie à travers internet

Revenir en haut Aller en bas

Anoréxie et boulimie à travers internet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les petites magies ::  ::   :: Actualités, informations, réflexions, actions, luttes :: Actualités sur la santé, le bien-être et l'alimentation -